Traduire

vendredi 3 février 2023

 .






Si l’oiseau chaque matin n’ensemence ta demeure
Si le ciel ne fait doucement effraction dans ta  nuit
Si le chant du monde ne parvient jusqu’à toi
Tu n’auras jamais assez de murs
Pour protéger ta nudité
Tu resteras le passant dispersé de tes rêves
Le gardien ténébreux de ta vie

Vaine est la poignée que tu tournes
Sans espoir les volets que tu ouvres 
Inutiles le crayon le pinceau la portée
Si déposant ton être 
Tel un enfant au creux du jour
Émerveillé au point de ne faire qu’un avec lui 
Tu n’es pas tout entier déjà saisi 
Par sa splendeur et sa lumière.

Jean Lavoué, 16 janvier 2016 
Photo JL barrage d’Arzal 








.

jeudi 2 février 2023

 .





Comme rose en hiver
Se livre aux promesses de l’instant, 
Nous aussi, nous nous en remettons aux mains guérisseuses 
Pour demeurer encore un peu dans la splendeur des jours :
Dans nos matins vulnérables,
Nous n’avons guère d’autre choix !

Nous veillons avant tout aux mélodies du silence
Dont nous connaissons par cœur
Les offices et les heures :
Ces ancrages dans la beauté et l’abandon nous sauveront
Y compris de nous-mêmes,
De nos questions et de nos peurs.

Nous espérons laisser surgir encore ça et là 
Les bourgeons lumineux d’un poème,
Leur accorder de fleurir en nous,
De nous sortir des ombres lancinantes,
De nous comprendre et de nous alléger. 

Nous entrons davantage dans la grande communion
De ceux que les soins prodigués
Ont un jour mis à genoux ;
Ils sont nombreux ceux parmi nous
Qui apprendront à épeler ici-même,
Dans ces buissons couverts d’épines, 
Les voyelles de l’espérance !

Des amis célèbrent au loin
Les noces de leur pauvreté ;
Par tant de signes et d’élans,
Nous nous sentons reliés.
Rejoignant leur impuissance,
La nôtre se fait fraternelle
Et nous devenons, les uns pour les autres,
Simples membres soleilleux de la présence.

Pourvu, dans cette fragilité sans recours, 
Qu’un amour inconnu nous visite
Et nous voilà séduits par la haute tendresse
Qui n’attend rien de nous en retour
Sinon la douce acceptation
De nous sentir enfin consolés.

Jean Lavoué, 30 janvier 2022
Photo : JL La Chesnaie







.





mercredi 1 février 2023

 .





Le jour d’après la guerre
Longtemps des soleils fleuriront 
Sur les tombes innocentes

Des filaments de nuages
S’accrocheront impassibles
À l’arête des ruines

L’arbre reverdira 
Et l’oiseau étonné
Fera entendre son chant

Les portes et les fenêtres
S’ouvriront à nouveau
Sur des champs en plein ciel 

L’histoire associera
À l’âme des victimes
Le rougeoiement d’un crime 

Nous serons étonnés
De tant de noirs mensonges
Exhumés de la nuit des armes

Puis nous renouvellerons l’alliance
Avec l’héroïsme d’un peuple
Ayant conquis sa liberté

Et défendu la nôtre
Au prix du sang des larmes
Et d’une terre martyrisée.

Jean Lavoué, le 31 janvier 2023
Photo : Paix pour l’Ukraine, toile de Patrick Briere













.

dimanche 29 janvier 2023

 .






TEL UN ARBRE QUI DURE 

Oui, nous rajeunirons 
Dans les rides de l'aube,
L'écorce aura en nous 
L'empreinte des matins,

Nous serons secourus
De sèves passagères,
Aimantés par le souffle
Aux sources du grand vent,

Avec chaque blessure
Nous serons humbles et tendres,
Patients avec nous-mêmes,
Nous n'abdiquerons pas.

Où trouver cette graine
Où le cœur se prolonge,
Cette force où l'enfance
De l'arbre se propage,
Ce chemin sans chemin 
Où la mort n'atteint pas
La digue de nos pas ?

Au solstice des peurs
Nous laisserons la vie
Nous prendre dans ses bras,
Nous ferons place en nous
Aux racines du ciel,

Dans les bois du malheur
Surgiront les bourgeons
D'une joie printanière,
Nous laisserons le chant
Frémir dans nos feuillages,

Nos branches se noueront
Au tronc de l'espérance,
Nous ne vieillirons pas. 

Jean Lavoué, 26 janvier 2020 
Photo losxo/Pixabay














.

vendredi 27 janvier 2023

 .







Maintenant que le poème se tait
Aux linteaux de ma nuit
Je marche au grand vent des étoiles
Sûr malgré tout du chemin 

Il reste tant de force à naître
De l’abandon des demeures
Dont la clarté était familière

Même au solstice des solitudes 
L’errance engendre des matins
Aux mains infiniment prodigues 

Le silence lui non plus n’a que faire
D’un chant qui ne saurait se perdre
Dans les pas de plus grand que lui

Jean Lavoué, matin du 27 janvier 2023











.

jeudi 26 janvier 2023

 .





L'AMI DU CREUSOT 
                         En mémoire de Christian.B

Le muguet rouge tapisse mon coeur 
Christian arpente les cantons du ciel 
D'un pas fraternellement solitaire 
En semant des fleurs sur son passage 

La forge de son coeur s'est éteinte 
Mais la lave des mots est vivante 
Qui coule ardente dans nos veines 
Où résonnent son rire et sa voix

Il n'est plus au Café des libellules 
Mais présent dans ce qui vit ici-bas
Il nous dit: prenez garde aux bleuets 
Souciez-vous de la Vie dans votre vie!

Devenons amis des coquelicots 
Et du bouvreuil sur la frêle branche 
Il nous reste à puiser dans ses mots 
Comme on boit à la fontaine aux fées. 

Jacques Viallebesset
Inédit












.

mercredi 25 janvier 2023

 .










Un pont  Etty Hillesum à Amsterdam depuis ce 22 janvier…

Un pont Etty pour nous rejoindre en humanité et poésie…

"Le 22 janvier 2023, le pont Etty Hillesum a été dévoilé à Amsterdam. Le pont sur lequel Etty faisait régulièrement du vélo quand elle se rendait chez son bien-aimé Julius Spier. 

Avant le dévoilement officiel par la maire Femke Halsema, il y avait un beau programme à Saint-Ignace avec des discours du maire de Middelburg Harald Bergmann, Lotte Bergmann , Klaas Smelik, Annemieke Bieringa et Lauda Maartens. 

Le pont est un bel et tangible hommage à une écrivaine spéciale qui construit des ponts avec ses mots."













.

mardi 24 janvier 2023

 .






Quand nous serons compris
Comme l’eau du fleuve comprend l’arbre et le ciel,
Saisis dans les remous de l’immense présent,
Nous ne ferons plus qu’un avec l’azur et ses nuages,
Dans le murmure des lichens
Le chuchotement des eaux vives.

Dans la grâce des commencements où le monde se donne,
Nous marcherons au pas allègre des saisons
Et nous serons, au souffle dormant de chaque instant,
Le frémissement de l’onde,
Dans l’aube de la création et l’empreinte des premiers jours.

Qui sommes-nous allant ainsi sur les rives du temps,
Sinon la joie et le regard de se savoir ici,
Princes de ce royaume aussi bien qu’un brin d’herbe,
Ou qu’un oiseau furtif dont le chant nous rassure.

Nous allons éblouis parmi les choses nues,
Passants discrets au fil de signes immobiles
Dont seules les marées proclament avec l’éveil des bourgeons,
Ou les frémissements de l’aile ou la houle du vent,
Le pouls battant de la vie.

Ô soirs et matins qui ressuscitez en nous
Les naissances fidèles, revêtez-nous de gestes de gratitude
Par lesquels nous acquiesçons à la splendeur de vivre !
Faites de nos marches un retour aux fontaines,
Esquissez en nos cœurs l’éclat des printemps revenus !

Nous sommes tous voisins du trèfle,
Des écorces rugueuses et des berges patientes :
De temps à autre, saurons-nous les rejoindre
Sans nous laisser happer par le flux des images ?
Il reste où se poser tant de clairières attentives,
Tant de ports illuminés à la ferveur de nos sillages !

Au fond de nous, tous les espaces sont promis,
Les vagues, les océans, les grèves et les îles :
Allons vers l’horizon comme on entre en soi-même,
Et trouvons-y le feu ou la simple étincelle 
Dont nous sommes les gardiens  
La braise et les sarments !

Jean Lavoué, le Blavet, 20-21 janvier 2022
Photo : comme un vitrail, le Blavet en ses reflets du soir, 20/01/22













.L

dimanche 22 janvier 2023

 .




Si le silence t’échappe,
Echappe-toi avec lui !
Suis le premier oiseau,
Ecoute bien son chant :
Comme il résonne en toi
D’un amour infini.

Si le froid t’engourdit
Chausse-toi de courage,
Mets tes pas dans la neige
Suis des chemins de gel,
Eprouve leur douceur
Apprivoise leurs cris.

Quand le jour t’appauvrit,
Quand la nuit te précède,
Que tu ne sais plus l’heure
Ni l’instant de ta perte,
Pose là tes désirs
Tes armes et tes combats.
Sors des ombres têtues,
Prends la voie souveraine
Qui n’a pour seules lumières
Que d’épouser tes pas.

Si ton cœur te fait mal
Si ton corps te malmène,
Si ta vie est pour toi
Un supplice, une croix,
Ecoute murmurer
La sève de tes veines :
Sois le sang des racines,
L’effleurement de l’aile,
L’adagio des nuages,  
La vibration de l’air.

Si tu te sens très seul
Si l’hiver est en toi
Comme un puits déserté,
Une branche si nue,
Un matin sans soleil,
Frôle la dure écorce,
Devine son enfance,
Sois pour elle saison
Bruissante de bourgeons.

Ne retiens rien pour toi,
Laisse faire le silence
Et il te le rendra
Au plus près de ta joie.

Jean Lavoué, 22 janvier 2017 
www.enfancedesarbres.com

Photo partagée par Amy Chang et Marie Benoit 
李显波绘画 Chinese ink painting by Li Xian Bo


















.

samedi 21 janvier 2023

 .





Pour naître en hiver

Dans le jardin des prophéties
Laisseras-tu le vent 
Accomplir ses promesses ?

Feras-tu confiance aux branches tordues
Aux oiseaux dispersés
Aux feuilles mortes 
Aux herbes folles 

Ou bien ne croiras-tu qu'aux allées rectilignes
Aux murets protecteurs 
Et aux graviers proprets 
Comme on en voit où reposent les morts ?

Sur le front des nuits
Il y eut un matin fait d'envols de clartés de soleils
Comment le saurais-tu 
Si de l'ombre tu n'avais gardé que la peur ?

L'éprouves-tu dans ta chair
Qu'au fond du plus pauvre du plus dépouillé 
Du plus dépourvu de lumière 
Peut naître un printemps ?

Pas de naissance en toi
Si tu ne consens aux mains gercées au gel 
À la détresse des troupeaux 
Si tu ne creuses en toi un abri pour l'hiver

Regarde l'arbre il est ton maître
Lui qui cache encore sous la rude écorce
Même aux jours les plus courts 
Des ruisseaux de sève 
Une symphonie d'enfance et de bourgeons à naître.

Apprends de lui
Qu'il n'y a pas de jubilation sans errance
Pas de ciels ni d'azur 
De fleurs aux mille éclats 
Sans obscurité des racines 

Pas de joie souveraine 
Sans déroute
Ni sans dénuement ! 

Jean Lavoué


LE CHANT DE LA TERRE 
Poèmes à écouter, dits par Jean Lavoué dans l’émission Contes et poésie animée à Lorient par Anne-Yvonne Pasquier et diffusée sur RCF Sud-Bretagne













.

[URL=http://www.compteur.fr][IMG]https://www.compteur.fr/6s/1/6057.gif[/IMG][/URL]