Traduire

jeudi 17 janvier 2019

.









Offrez vos ailes
à la confiance,
ne laissez affleurer
que ce qu’il y a de natif en vous.

Gilles Baudry




Extraits du recueil « Un silence de verdure » publié aux éditions L’enfance des arbres





Ce recueil de 110 pages est toujours disponible au prix de 15 euros + 2 euros de frais de port aux Editions L'enfance des arbres3 place vieille ville, 56 700 Hennebont jlavoue@gmail.com


mardi 15 janvier 2019

.







.












Sur les berges du Scorff
Tu vas poches percées
Tous les quais sont déserts

Au réveil l'infirmière
Fait fuir l'enfant du rêve
Le chant s'est envolé

Jean Lavoué 15 janvier 2019 5h30









La 1ere strophe c'est à 2h00 ce matin, hôpital du Scorff, quand je me sens vide de toute écriture depuis plusieurs jours... 
La deuxième à 5h30 quand l'infirmière, pour la prise de sang, me sort d'un rêve dans lequel je terminais l'écriture d'un poème qui, effectivement, s'est envolé... Je ne savais si le poème reviendrait. Il est revenu de nuit... Je n'ai pas su le retenir mais j'en ai le coeur rempli. Très bonne journée à tous !






.







.

vendredi 11 janvier 2019

.
















Les discussions du soir avec Leili Anvar France-Culture 29 mars 2017 La présence qui sauve Rencontre avec Jean Lavoué N’est-il paradoxal de parler de tendresse, de poèmes, de présence, de caresses dans ce monde qui semble si dissonant, brutal et sans pitié, dans ce monde où violence et chaos semblent emporter avec eux toute espérance ? Jean Lavoué pourtant assume ce paradoxe, le fait sien, le revendique comme le fondement de toute œuvre poétique et de tout amour. Poète et essayiste, il a écrit de nombreux ouvrages toujours en lien avec les questions et les aspirations spirituelles qui l’habitent. Il a aussi dirigé une association d’action sociale en Bretagne et a également écrit de nombreux articles et ouvrages traitant d’une approche humaniste des questions sociales. Il vient aussi de créer une maison d’édition, « L’enfance des arbres », qui porte le nom du blog poétique qu’il tient depuis dix ans : www.enfancedesarbres.com Son dernier ouvrage, publié chez Médiaspaul s’intitule La vie comme une caresse : Dieu nous sauve par sa tendresse. Ce mot de tendresse si bon, si doux a pris une connotation un peu naïve dans les temps que nous traversons. Et pourtant, n’est-ce pas de cela dont nous avons le plus besoin : donner et recevoir de la tendresse ? Est-ce ce constat qui a poussé Jean Lavoué à écrire sur ce sujet ou tout simplement un regard singulier, différent qu’il porte sur la vie et les êtres ?



mercredi 9 janvier 2019

.














À présent que le poème
S’effeuille au carrefour des heures,
À présent que le silence rêve
De prendre toute la place,
Maintenant que les arbres seuls
Tiennent entre leurs bras
L’immensité du monde,
Tu marches dans la nuit des berges
Comme un passant immobile,
Tu t’avances insouciant
Sans connaître le but,
Le ciel se découvre
Dans les allées tremblantes,
Tu n’as qu’à écouter
Pour faire confiance au vent,
Les sources te rassurent,
L’instant emplit ta coupe,
Des perles de rosée
Éclosent dans tes mains,
Chaque oiseau élève un peu plus haut
L’offrande de ton chant.

Jean Lavoué, texte et photo le 8 janvier 2019

















.

dimanche 6 janvier 2019

.








Photo partagée par Hélène Dragone







Retrouvé avec étonnement et gratitude cette vidéo réalisée voici plus de quatre ans et jamais partagée. C’est un peu long (55 minutes)… mais ces propos me semblent porter en germe tous ces partages en poésie des dernières années : cet entretien du 21 août 2014 se déroule, en effet, juste au moment où commence pour moi ce nouveau chemin d’écriture proposé depuis sur FaceBook et L’enfance des arbres…
Ma vie en musique est une émission de RCF Radio Ste Anne du 20.09.2014 réalisée par Yves Le Truédic
Les photos du diaporama sont des photos libres de droit du site Pixabay ayant illustré les poèmes du blog L’enfance des arbres.



.






6 janvier... Manifestation de la lumière !












Toi aussi chaque jour
Gagne si tu le peux
Une minute de feu intérieur !

Avance doucement
Ne précipite rien !

Imite la lumière du jour
N’en reste pas aux ombres tenaces
Invente un jour neuf
Elargis ton aire !


Jean Lavoué, 6 janvier 2016




















.

samedi 5 janvier 2019

.
















Cadeau de ce début d'année : ces dessins blancs de Nathalie Fréour associés au poème du 22 décembre "Naître avec l'hiver"







Naître avec l’hiver,
Ne serait-ce pas faire un pacte
Avec le plus fragile en nous,

Un vœu de pauvreté
Qui nous réconcilierait
Avec le vent,
Son silence ébloui ?

vendredi 4 janvier 2019

.



















L’arbre que nous serons,
Qui peut le dessiner ?
Reliés au même tronc
Dans le fût de l’année,
De ramures dénudées
En branches aux chants d’oiseaux
Connaissant le langage
De nos mots ajourés ?

Nous le sommes déjà
Pourtant de nos racines,
De nos rameaux uniques,
Notre sève commune ;
Nous sommes la demeure
Dont chaque homme rêvait,
Se croyant séparé,
N’ayant pas reconnu
Ces pulsations du vent.

Nous ignorions le Grand,
L’infini entrevu
Par-delà les étoiles,
Alors que nous étions
Son unité promise ;
Tous ces déchirements
Qui se trompaient de cible,
Ces bourgeons ravagés
Par nos aveuglements.

C’est dans la nuit de l’arbre
Que nous portons silence,
Dans le feu des saisons
Jusqu’au ciel des feuillages ;
Délivrés des images,
Nous sommes de ce sol
Où palpite entre nous,
En un cœur innocent,
Les battements du monde.

Nous sommes là debout
En état de prière,
Gratifiés d’un toit gris
De bourrasques ou d’azur :
Nul ne se dit dehors,
Nul empêché d’entrer,
Nous sommes dans l’Ouvert
En souffle et vérité.

Le seul chemin serait,
Au soleil vertical,
De se laisser pousser
Vers le fil des nuages,
D’être de ce courant
Sous l’écorce du temps,
Ne cherchant qu’à se joindre
Au faîte de la joie.


Jean Lavoué, La Chesnaie, 2 janvier 2019
Photo PublicDomainPictures Pixabay

[URL=http://www.compteur.fr][IMG]https://www.compteur.fr/6s/1/6057.gif[/IMG][/URL]