Traduire

jeudi 28 février 2013

mercredi 27 février 2013

.



























Si le chant
N'épouse pas le silence,
Alors il n'est pas.


GUILLEVIC











































.

mardi 26 février 2013

.

Quand le chant n'est plus là,
L'espace est sans passion.

Guillevic























Le chant
C'est comme l'eau d'un ruisseau
Qui coule sur des galets

Vers la source.

C'est la promesse
De la source au soleil.


GUILLEVIC
























.

lundi 25 février 2013

.


























Si je considère
La vie les étoiles

Et les matins clairs
La course du vent

Les mots sans appel
Les miroirs sans tain

Les portent qui claquent
Et les cieux éteints

Je proteste au nom
D'un bonheur promis
Qui fut éphémère

Et soudain là-bas
Quelqu'un me sourit

Hélène Cadou







































.

dimanche 24 février 2013

.

























Matin
D'entre les matins

Printemps surgi
Dans un éclat
De fleurs de feuilles
Et de lumière

Pour moi 
Toujours
Premier anniversaire
Du jour où t'emporta le vent

Hélène Cadou








































.

vendredi 22 février 2013

.



Le plus beau d'un navire c'est son sillage

Georges Perros



















Quand le matin 
Décide d'être beau

Le coeur comme un navire
Prend le large

Il y aurait beaucoup à dire
Sur la lumière

Et sur l'étrave 
Qui rend glorieux

Ce bois
Dont les vivants sont faits


Hélène Cadou














































.

jeudi 21 février 2013

.




























C'est un automne d'autrefois
Sous les fenêtres d'aujourd'hui

C'est un matin où tu écris
Des lettres qui n'arrivent pas

Le ciel verse sa gibecière
De papiers bleus et d'oiseaux morts

Les feuilles d'or sont des poèmes
Que nous n'aurons jamais su lire

Les yeux sont muets et la pluie pleure
Sur des trains perdus à jamais

Hélène Cadou










































.

mercredi 20 février 2013

.



























Tu es ici
Dans ces vieux murs

Et tu es là
Au frais de ma mémoire

A la source matinale du vent

Et des éclats de soleil

Tu es le prince des lisières
Tu es entre hier et demain

Toujours présent celui qui vient


Hélène Cadou










































.

mardi 19 février 2013

.


























Un simple creux
Dans l'herbe

Pas même
Un abri
Mais une empreinte

A peine
Une trace
Où se perdre

Ce serait là

Toi
Dans la poussière
De tes membres

Et moi
Dans l'air qui tremble

Dans la buée de ta parole
Vive comme une abeille

Hélène Cadou












































.


lundi 18 février 2013

.

























Jamais plus
Le temps refermé


Ce que tu es

Demeure


Hélène Cadou











































.

dimanche 17 février 2013

.

























Tu venais de si loin derrière ton visage
Que je ne savais plus à chaque battement
Si mon coeur durerait jusqu'au temps de toi-même
Où tu serais en moi plus forte que mon sang.

René Guy Cadou








































.

samedi 16 février 2013

.

























Ah que tu parlais bien quand toutes les fenêtres
Pétillaient dans le soir ainsi qu'un vin nouveau
Quand les portes s'ouvraient sur des villes légères
Où nous allions tous deux enlacés par les rues

René Guy Cadou












































.

vendredi 15 février 2013

.



























Et pourtant c'était toi dans le clair de ma vie
Ce grand tapage matinal qui m'éveillait
Tous mes oiseaux tous mes vaisseaux tous mes pays
Ces astres ces millions d'astres qui se levaient

René Guy Cadou











































.

jeudi 14 février 2013

.



























Tu ne remuais encor que par quelques paupières
Quelques pattes d'oiseaux dans les vitres gelées
Je ne voyais en toi que cette solitude
Qui posait ses deux mains de feuille sur mon cou

René Guy Cadou
























.

mercredi 13 février 2013

.


























Je t'attendais et tous les quais toutes les routes
Ont retenti du pas brûlant qui s'en allait
Vers toi que je portais déjà sur mes épaules
Comme une douce pluie qui ne sèche jamais

René Guy Cadou







































.

mardi 12 février 2013

.
























- O père ! j'ai voulu que ce nom de Cadou
Demeure un bruissement d'eau claire sur les cailloux !
Plutôt que le plain-chant la fugue musicale
Si tout doit s'expliquer par l'accalmie finale
Lorsque le monde aura les oreilles couchées !

René Guy Cadou






















.

lundi 11 février 2013

.























Quel étonnement serait le tien si tu pouvais me voir maintenant

A genoux dans le lit boueux de la journée
Râclant le sol de mes deux mains
Comme les chercheurs de beauté !
- Seigneur ! Vous moquez-vous ? Serait-ce là mon fils ?
Se peut-il qu'il figure à votre palmarès ?

René Guy Cadou









































.

dimanche 10 février 2013

.


























Ah ! pauvre père !  auras-tu jamais deviné quel amour tu as mis en moi

Et combien j'aime à travers toi toutes les choses de la terre ?

René Guy Cadou







































.

samedi 9 février 2013

.



















Michel Larivière








Pardonnez-moi de vous aimer à travers moi
De vous perdre sans cesse dans la foule
O crieurs de journaux intimes seuls prophètes
Seuls amis en ce monde et ailleurs !

René Guy Cadou






































.

vendredi 8 février 2013

.




























Amis pleins de rumeurs où êtes-vous ce soir
Dans quel coin de ma vie longtemps désaffectée ?
Oh ! je voudrais pouvoir sans bruit vous faire entendre
Ce minutieux mouvement d'herbe de mes mains
Cherchant vos mains parmi l'opaque sous l'eau plate
D'une journée, le long des rives du destin !

René Guy Cadou
























.



mercredi 6 février 2013

.




























Car tel est le bonheur de cette solitude
Qu'une caresse toute plate de la main
Redonne à ces grands meubles noirs et taciturnes
La légèreté d'un arbre dans le matin

René Guy Cadou







































.

mardi 5 février 2013

.

























Il suffit qu'une lampe pose son cou de femme
A la tombée du soir contre un angle verni
Pour délivrer soudain mille peuples d'abeilles
Et l'odeur de pain frais des cerisiers fleuris

René Guy Cadou








































.




lundi 4 février 2013

.

















Hélène Cadou ©Vincent Jacques





Celui qui entre par hasard dans la demeure d'un poète
Ne sait pas que les meubles ont pouvoir sur lui
Que chaque noeud du bois renferme davantage
De cris d'oiseaux que tout le coeur de la forêt

René Guy Cadou














































.

dimanche 3 février 2013

.
























Qu'il soit coupable non-coupable
Toujours en peine de son Dieu
Qu'on lui serve pour vin de table
la rosée lustrale des Cieux !

René Guy Cadou







































.

samedi 2 février 2013

.


























Oh ! sur l'ardoise du ciel si l'on tient compte
De ce pays sans charme où je suis né
Si l'on juge à propos mes larmes
Seigneur ! je suis exonéré ?

René Guy Cadou









































.

vendredi 1 février 2013

.




















En d'autres temps j'eusse été moine 
 ou bien garder les vaches
Et pourquoi pas dans une léproserie de village
Maniant les doigts dans le soleil

Heureux celui qui naît en juin parmi les nielles
Il connaît la beauté des choses éternelles

René Guy Cadou












































.

[URL=http://www.compteur.fr][IMG]https://www.compteur.fr/6s/1/6057.gif[/IMG][/URL]