Traduire

vendredi 29 novembre 2013

.





















Comme il est doux

le miel de la lumière

et ne voyez-vous pas

comme il fait beau déjà
à l'intérieur des fruits ?


Gilles Baudry












































.

jeudi 28 novembre 2013

.
























Le sang lourd mais la joie riveraine

je viens à toi comme on traverse un gué
comme on apprend l'alphabet de ses veines


Gilles Baudry













































.

mercredi 27 novembre 2013

.

























Toute distance nous rapproche

Ce qui nous unit nous sépare
ce qui nous brise nous recrée

Entre nous s'accroît la fêlure

Sait-on que l'on trouve sa voie
où le chemin se perd de vue ?

Je garde au fond de moi
l'empreinte fraîche de ta voix.


Gilles Baudry










































.

mardi 26 novembre 2013

.




















O Christ


mon seul matin


C'est une joie qui se répand

de proche en proche

et flambe dans mon sang


et fonde mon été.



Gilles Baudry













































.

lundi 25 novembre 2013

.





















J'écoute


ton pas résonne

dans les campagnes claires :

Bonne Nouvelle


c'est aujourd'hui dimanche sur la terre.



Gilles Baudry











































.

dimanche 24 novembre 2013

.





















Hors le dialogue du vitrail
avec la pierre

tout ce que je ne puis te dire
le silence en demeure
le seul dépositaire.


Giles Baudry













































.

samedi 23 novembre 2013

.






















Toi
si proche
et moi
qui jeûne en ton absence.

Faut-il que tu t'éloignes
à mi-chemin
entre tendresse et déchirure
pour que mes pas
s'embrasent de ta Pâque

qu'au Levant
je me tienne debout
dans mon âme
et jubile


Gilles Baudry













































.

vendredi 22 novembre 2013

.




















Face aux couchants de l'Assekrem,

que tout notre être s'abolisse.

Que l'air vacille jusqu'à la mue

de notre silence et de notre dénuement.

Ici, il n'est pas une trace

qui ne soit ton empreinte.


Giles Baudry















































.

jeudi 21 novembre 2013

.





























Cendre de quelle flamme
semence de quelle moisson ?

Quand l'absence nous creuse

pourquoi faut-il que la lumière
porte des stigmates ?

Seul le secret survit à l'incendie.


Gilles Baudry













































.

mercredi 20 novembre 2013

.



















Je ne divulgue rien
             dit-il
j'illumine un secret.


Gilles Baudry











































.

mardi 19 novembre 2013

.
























Nous n'avons qu'une nuit
pour commencer de naître

que la distance nous étreigne


Gilles Baudry









































.

lundi 18 novembre 2013

.
























Que nul hiver ne désespère

qui consent à la nuit
de la graine

la terre lui sera légère

au long des temps
l'aube ne parle qu'au futur.


Gilles Baudry









































.

dimanche 17 novembre 2013

samedi 16 novembre 2013

.





















C'est au pied des montagnes
que la lumière prend racine.


Gilles Baudry









































.

jeudi 14 novembre 2013

.





















Le ciel de lin
faudra-t-il s'en vêtir
pour aller d'aujourd'hui à demain ?

natal s'élève le magnificat
des collines

Quelle réponse
donner à l'homme qui va vers l'enfant
qu'il devient ?


Gilles Baudry



















































.

mercredi 13 novembre 2013

.






















Locataires des solitudes
les arbres 
écoutent de toutes leurs feuilles

rien n'empêche qu'en nous
le mystère grandit.


Gilles Baudry















































.

mardi 12 novembre 2013

.























    un arbre s'éclaire
et la nuit est moins seule.


Gilles Baudry














































.

lundi 11 novembre 2013

.





















Nul ne saura
de quel message la terre
a pour nous reçu semence

mais chacun reconnaît
dans ses larmes
la résurgence de la mer.


Gilles Baudry







































.

dimanche 10 novembre 2013

.























Convalescents du temps
inguérissable
la terre ne nous peut suffire.

Le respir d'une flûte
ouvre en nous
l'invisible clairière.


Gilles Baudry












































;

lundi 4 novembre 2013

.





















Un arbre seul
mais son feuillage est fraternel.


Gilles Baudry













































.

dimanche 3 novembre 2013

.




















Aimer nous dépossède.

Cette pauvreté nous irrigue.


Gilles Baudry











































.
[URL=http://www.compteur.fr][IMG]https://www.compteur.fr/6s/1/6057.gif[/IMG][/URL]