Traduire

mercredi 14 avril 2021

 .






Franchir une fois encore
L'écluse du silence
Et laisser derrière soi
Tant de mots inutiles 

Pour gagner à pas lents
Ces rochers de l'enfance
D'où le monde paraît bleu
Et où les arbres prient. 

Il fait un temps de mouettes
Dans les bourgeons d'avril,
De vols pour arpenter 
Les allées du soleil : 

Tant qu'il y aura des ailes,
Des ciels, des matins clairs,
Nous nous tiendrons debout
Dans la force du vent, 

Nous marcherons longtemps 
Sans heure ni calcul
Pour boire la blancheur
À l'auge du printemps, 

Nous mènerons nos bêtes
Vers l'horizon tremblant
Où la fête se donne,
Allégée de tout.

Jean Lavoué, 12-13 avril 2021
Photos JL 12/04/21


















.

dimanche 11 avril 2021

 .







Je prépare pour septembre prochain une publication de ces poèmes inédits 2007-2009 qui accompagnèrent la naissance de L’enfance des arbres. D’où ce titre : Carnets de l’enfance des arbres.



Je fréquente des mots simples :
Soleil, silence, lumière,
Absence, présence. 

Je les fais virevolter 
Comme la ruche ses abeilles. 

Je ne tiens aucune démonstration 
Pour certaine :

Le parfum des matins
Est sans pourquoi.

Seul peut deviner 
Celui qui s’est laissé brûler 
Au sel de la joie.

Jean Lavoué, Les carnets du souffle (à paraître)













.

vendredi 9 avril 2021

 .






Mon ami, Philippe Forcioli, sort un nouveau CD en souscription. Il sera disponible en mai. Je le laisse présenter lui-même, ci-dessous, sa nouvelle création. Merci de soutenir son projet !

« ON N’ EST JAMAIS TROP PRES DU CIEL » CD 18 chansons – 2 livrets – Illustrations : F. Aymé-Martin,

On trouvera des chansons inédites de mon cru ,
Printemps de gala, Saison des hommes, Feras-tu ?, Noël, Rameaux, Resurexit, Nous devons apprendre, Matines, Des ailes par pitié « revisitée », une chanson du Père Duval et de mon ami capucin Pierre Domergue, un psaume de David, un poème de Germain Nouveau, de Martin Luther King, des chansons-souvenirs d’enfance, Laudes scoutes, Tra lu boïe... et des surprises. Outre la guitare et la contrebasse, on entendra selon les morceaux, la harpe, les flûtes, la clarinette basse, les cuivres, l’accordéon, les percussions, les claviers, une fanfare, des chœurs, le tout finement orchestré par mon comparse en musique, Philippe Soulié.

Cet album est consacré à mes chants profonds, à caractère spirituel, mystique ou religieux. Je ne cache rien ici de la fidélité à la foi de mon enfance, mais aucun prosélytisme dans tout cela. Je suis laïc, républicain, pour la paix des ménages et vogue la bergeronnette !
P
rofondes ou naïves, ce ne sont que des chansons, des chansons de mon histoire, des chansons de la petite chapelle de mon cœur.
Merci de m’aider à réaliser, comme toujours à compte d’auteur,
ce dix septième ouvrage, CD, livres, vidéo confondus et de faire circuler l’information.

MERCI – PACI E SALUTA –

P. Forcioli (06 03 48 85 55 – forciolichante@gmail.com)
********************************
Souscription « ON N’ EST JAMAIS TROP PRES DU CIEL »
à envoyer à : P. Forcioli Mas Bel Air Route de Sylveréal 30800 Saint Gilles
Chèque : P. Forcioli CCP 407032 R
ou virement : (FR55) 2004 1010 0804 0703 2R02 917 (en indiquant nom et adresse)
NOM, prénoms, adresse, courriel, téléphone : (très, très lisiblement!)
1cd= 25e 2cd= 40e 3cd= 50e 5cd= 65e 10cd= 100e (Frais de port compris- Merci d’entourer votre choix-)























.

mercredi 7 avril 2021

 .




L'hiver n'en finit pas 
De refermer sur nous
L'enclos des peurs
Et nous gardons encore des branches 
Enchâssées de nuit ; 

Mais l'étoile trace en nous des sentiers
De racines confiantes
Et les hirondelles de retour
Fuient déjà vers l'été. 

Désorientés par ce qui nous rapproche,
Nous laissons entre nous
Passer le vent de la promesse : 

Dans ce jeûne d'étreintes et de fêtes,
Nous connaissons la force d'un amour,
Son aile qui nous devance. 

C'est en chacun
Que s'ouvrent silencieuses
Les fleurs du matins, 

Nous apprenons par cœur,
Avec des balbutiements d'enfance,
La voix du Soleil,
Nous laissons d'un seul trait
Son printemps nous traverser. 

Jean  Lavoué, 5 avril 2021
Photo par Cécile A. Holdban ( Vinca Alba Minor  ) de l'une de ses peintures : l'hirondelle en vol.



















.

dimanche 4 avril 2021

 .





JOYEUSE FÊTE  DE LA VIE ! 

Si ta première rencontre
Est vouée au Chant,
Sache alors que les ruisseaux
N'ont pas coulé en vain ! 

Sois confiant dans chaque brin d’herbe,
Chaque branche têtue, 
Chaque roche sauvage ! 

Ne renonce pas à dresser l'orchestre
De tes saisons nouvelles ! 

Tu cueilleras des notes
Comme on cueille des fruits
Dans les vergers de l'âme. 

3 avril 2016 

* 

Juste un peu de lumière, 
Cette bonne nouvelle colportée de branche en branche, 
Par l’aile des oiseaux, 

Ce trois fois rien qui nous console, 
Ce frémissement de pauvreté et de joie, 
Ce passant attardé qui nous hèle, 
Ce vide en nous qui appelle, 

Ce souffle au bout de nos pas,
Et cette Source qui nous relève
Tant que nous avons soif, 
Tant que nous espérons. 

Jean Lavoué, 2 avril 2017
























.

vendredi 2 avril 2021

 .






Quoique tu fasses,
N’est-ce pas dénudé que tu entreras dans sa nuit, 
N’est-ce pas grain de sable que tu fouleras
L’infini de son désert,
N’est-ce pas germe enfoui
Qu’un jour tu porteras sa promesse de fruits ?

Alors sois léger !
Demeure dans ce rien,
Bénis la caresse de l’absence,
Accueille en toi l’étincelle,
Deviens cet infini,    
Laisse faire le souffle,
Fais pour de bon, dès aujourd’hui,
Le jeu de la lumière !

Jean Lavoué, 2 avril 2015
Photo klimkin Pixabay

Publié dans "Ce rien qui nous éclaire", L'enfance des arbres, 2017.


























.
[URL=http://www.compteur.fr][IMG]https://www.compteur.fr/6s/1/6057.gif[/IMG][/URL]