Traduire

vendredi 22 février 2019

.
















Tu arpentes à pas lents
Les forêts du silence :
Tout chant t'est compagnie !
Sur l'écorce des arbres
Les lichens te font signe,
De grands gestes songeurs
Dont l'élan te rassure.

Tu n'as pas à marquer
Ceux-là qu'il faut abattre,
D'autres s’en chargeront ;
Pour l'instant tu bénis
Leur flèche vers le ciel.

Tu voudrais comme l'un deux
Te tenir là debout,
Impassible aux saisons
Dans les nuits nues d'hiver,
Les brassées de bourgeons,
L'enfance des feuillages…
Te lever sans compter
Pour célébrer le jour.

Dans le vent des racines
Un grand soleil chemine :
Tu te fies à la sève
Compagne de la joie.
Tant de témoins t'entourent,
Passagers de ce feu
Dont la flamme s'élève
Jusqu'à frôler les cieux.

Jean Lavoué, La Chesnaie, 20 février 2019
Photo Pixabay























.


mercredi 20 février 2019

.



















Chaque pas te rapproche
De cette auberge bleue
Dont la clef s’est perdue
Dans le puits de tes yeux

Parfois la nuit te prend
Et le jour incertain
Tu ne vois que brouillard
Mais le ciel n’est pas loin

Y-a-t-il un chemin
Pour couper vers l’eau vive
Est-il un compagnon
Qui te ramène à toi

Mais il te faut aller
Jusqu’au terme promis
Pour qu’un soleil flamboie

Il te faut patienter
Dans les ombres et le gris
Vers la clarté finale






Jean Lavoué, 16 février 2020
Photo skeeze/Pixabay


















.


-->

lundi 18 février 2019

.




















À José Arregi

Cinq siècles de Contre-Réforme
Ont laissé des traces…
Nous en sommes toujours
À chasser l’importun,
Le souverain, le fou,
L’amant du Christ nu…
Il nous faut à tout prix
Un Ordre à tout cela.

Alors on consolide
Les colonnes du temple,
On guette le blasphème,
L’audace, l’apostat,
On tient sur le parvis
Les pauvres pas en règle...
On préfère être sûrs
Plutôt que de faillir,
On choisit d’être seul
Plutôt que communier.

Mais nous sommes nombreux
À marcher sur les grèves
Où seule une Parole
Façonne nos rivages :
Hommes et femmes mêlés
À la plus forte houle,
Nous sommes modelés
Par le vent qui nous pousse.

Nous célébrons la Vie,
La Source des rencontres
En fredonnant tout bas
Le nom de notre amour ;
Plus de guerres inutiles,
De combats ravageurs,
Nous sommes pèlerins
Du Souffle et de l’Ouvert.


Jean Lavoué, 16 février 2019
Photo JL, Nestadio rivière d’Etel, 17/02/2019


















.
[URL=http://www.compteur.fr][IMG]https://www.compteur.fr/6s/1/6057.gif[/IMG][/URL]