Traduire

mardi 1 décembre 2020

 .






Les mots n'ont pas de frontières
Pas plus que les saisons 

La beauté se dit dans toutes les langues
Comme l'amour 

Les arbres n'ont pas leur pareil
Pour nous tenir en éveil 

Ils demeurent par tous les temps
Enracinés dans la présence 

Il reste tant de murs à abattre
Tant de frères à relever 

Tant d'automnes et d'hivers
Tant de printemps à espérer 

Et tout au fond de soi-même 
Ce petit pauvre à redresser. 

Jean Lavoué, 30 novembre 2020 
Photos JL 30/11/20































.


dimanche 29 novembre 2020

 





Extraits de la LETTRE V DE LA MONTAGNE OU LETTRE DE L'AVENT de François  Cassingena-Trévedy

(...) « En ce jour-là, les montagnes ruisselleront de douceur… » Vous dirais-je, chers amis, que c’est cette antienne, que ce sont ces mots qui me sont venus l’autre jour à la mémoire, comme spontanément, tandis que de la montagne de l’Angle je voyais se dessiner dans une atmosphère d’une rare limpidité d’autres montagnes prochaines, et puis loin, très loin, les hauteurs du plateau corrézien, jusqu’à des horizons que l’on aurait dit confectionnés dans le tissu du ciel. Vue de cette altitude modeste, mais suffisante (l’altitude est en fait quelque chose d’incalculable, parce que subjectif), la terre, toute la terre visible semblait à la fois somnoler et sourire : les monts, ici, les monts eux-mêmes, sont des ruminants. Il y a quelque chose d’infiniment doux pour les yeux – pour l’homme intérieur – dans cette vaste dévalade de là-haut vers en bas, vers là-bas, de seuil en seuil, à travers des plans d’horizon dont l’éloignement croissant nuance les bleus, les violets et les gris jusqu’à l’évanescence ultime. Oui, il y a bien quelque chose qui ruisselle des montagnes. Quelque chose qui circule, qui s’échange, tout bas, entre ces vagues immobiles de la terre qu’a équarries, érodées, façonnées, une longue main sans âge. Quelque chose que l’on reçoit, et que l’on a envie de donner à son tour, non avec la superbe « surhumaine » de Zarathoustra, mais avec la simplicité de  l’Inventeur des Béatitudes (cf. Matthieu, 5, 1-12). Quelque chose que l’on avale – eau, lait, vin, miel, que sais-je ? – et que l’on a envie de faire dévaler à son tour comme une bonne nouvelle. « En ce jour-là, les montagnes ruisselleront de douceur… » J’ai posé ces mots comme un phylactère sur les montagnes réelles, ou plutôt ce phylactère – cette banderole de Sainte Écriture – se superpose toute seule sur les montagnes, et c’est sous son signe que je voudrais placer les mots que les circonstances me suggèrent de faire couler à mon tour : c’est à la terre, à cette terre-là, taciturne autant qu’immuable, que je demande l’inspiration ; c’est auprès d’elle que je la recueille, en participant insensiblement, à la longue, de son tempérament secret. À force de gravir la montagne, peut-être devient-on montagne soi-même, tout pénétré que l’on devient de sa silencieuse gravité. La montagne est utile.

« Dulcedo… » La douceur. Ce mot-là n’est-il pas un maître mot ? Aussi bien n’est-ce pas de douceur, surtout, que nous avons besoin en ces temps qui sont les nôtres, tandis qu’une année liturgique passablement déconcertée va s’ouvrir sur une autre que nous espérons plus tranquille, tandis qu’une année historique bien sombre va céder bientôt la placer à une autre que nous espérons plus respirable ? Nous n’en finirions pas, en effet, de faire l’inventaire de la violence des temps. Celle de l’épidémie, bien sûr, mais plus encore celle de tout ce qui l’escorte. Celle de la casse économique, celle des épisodes terroristes, celle des guerres (celle, en particulier, qui vient d’opposer l’Arménie et l’Azerbaïdjan), celle des oppositions partisanes dont la plus grande démocratie du monde vient de nous donner le spectacle, celle des actes policiers, celle des revendications de toutes sortes que suscite la laborieuse, sinon impossible quadrature du cercle entre les exigences économiques et les exigences sanitaires (il faut être raisonnable : on ne peut tout avoir en même temps). 

(...) Étrange année liturgique que celle qui vient de s’achever. Année liturgique au fil de laquelle il m’est venu de vous accompagner. Par moments. Par moments importants (un moment est aussi une espèce de mouvement musical). Avouerais-je que cet accompagnement inédit, et dont je n’avais pas auparavant l’idée, aura profondément marqué pour moi cette année liturgique, avec tous les liens et toutes les amitiés qui en ont procédé, au point que cet accompagnement lui-même est devenu pour moi, en ce moment historique et ecclésial que nous traversons, une espèce de liturgie. Une autre manière de célébrer. Une autre manière de faire eucharistie.
Et nous voici parvenus ensemble à l’aurore, à l’orée d’un nouvel Avent. Aurore, parce qu’un jour nouveau est possible. Orée, parce qu’une nouvelle forêt se lève. Une forêt d’êtres vivants comme autant d’arbres fraternels, capables d’entrecroiser l’ombre avec la lumière (celle-ci ne va jamais sans celle-là).  Avent. « Adventus ». Non pas ce qui précède dans la linéarité du temps chronologique (avant), mais ce qui advient dans la densité, dans le secret abyssal du temps intérieur. Maintenant. Mais au vrai, que va-t-il nous arriver ? Que peut-il nous arriver ? Que nous arrive-t-il d’ores et déjà ? Une réalité que la liturgie de l’Avent nous désigne en termes prophétiques, poétiques, apocalyptiques, mais qui est d’abord et qui sera toujours éminemment intérieure. Ce qui nous arrive – ce qui nous arrive sans cesse, en fait, c’est le Royaume. Car le Royaume est à l’intérieur de nous (cf. Luc, 17, 21). Il est inutile, il est vain d’attendre, à l’horizon physique du monde, un monde sans catastrophes ni cataclysmes. Il est vain, il est inutile d’attendre, à l’horizon historique de l’humanité, une société, une cité idéale : la violence et la barbarie sont aussi vieilles que l’homme et auront sans aucun doute la vie aussi longue que la sienne. Il est tout aussi vain, il est tout aussi inutile, d’attendre même une Église idéale : inextricable du monde au milieu duquel elle chemine, l’Église sera toujours percluse d’infirmités. De nos infirmités, pour ne pas dire davantage. Partant, il est malhonnête de faire attendre indéfiniment, machinalement, à tout le monde, sous couleur politique ou religieuse, un monde idéal, une société idéale, une Église idéale. Ce n’est pas, ce n’est plus, ce ne peut plus être vers ces horizons-là, idéologiques, mensongers, infantiles, que regarde l’Avent véritable. Reste le Royaume, possible, toujours possible, à l’intérieur de nous. Reste pour chacun de nous la possibilité – la présence modeste et mystérieuse – du Royaume. Reste à prendre la direction que le Seigneur suggère à Abraham lorsqu’il le met en marche. Littéralement : « Va vers toi ! » (Gn 12, 1). Reste, non le petit Jésus, mais le Fils de l’Homme qui prend lui-même cette direction que nous tardons tant à prendre, qui nous précède jusque dans notre domicile le plus intime, le plus misérable, voire le plus infect, et qui nous murmure avec une délicatesse indicible : « Descends vite ! Aujourd’hui il faut que je demeure chez toi » (Luc, 19, 5). L’on ne peut attendre du nouveau que de ce côté-là (...) L’on ne peut qu’attendre le Royaume, que s’attendre au Royaume au plus profond de soi. Cette attente-là, l’attente de cet « advenir »-là, est décisive, car elle engage notre « devenir » même. Et sauf à verser dans l’utopie et le mensonge, rien d’important ne peut arriver au monde, autour de nous, si chacun de nous ne se tient pas à ces profondeurs-là, ne s’attend lui-même à cet endroit-là. Le Royaume ne peut advenir au monde s’il ne commence d’advenir en moi-même, puisque le Royaume a en chacun de nous son plus modeste et plus certain commencement. Inutile d’attendre passivement, paresseusement, qu’il advienne quelque chose d’heureux au monde, si je ne « deviens » pas. « Et le Verbe s’est fait chair… » (Jean 1, 14) : cet Événement unique, à la fois infime et immense, qui est au terme de l’Avent et qui fait tout l’objet de notre attente – cet Événement attend mystérieusement chacun de nous, car c’est en chacun de nous qu’il se passe, car c’est de chacun de nous qu’il se fait. L’incarnation du Verbe « crèche » en chacun de nous et y élit domicile. Le Fils de l’Homme, l’Homme capital, l’Homme crucial, nous invite tous dans l’aventure de son incarnation. Chacun de nous peut offrir à la Parole vive – au Verbe – ce dont Il a besoin, Lui, dans son infinie pauvreté, pour se faire chair. Notre vrai « devenir » est Son « devenir » en nous. Là est toute la noblesse, toute la beauté de notre devenir d’hommes. 

L’air du temps, largement reflété par les médias, oscille entre l’anxiété et l’impatience du consumérisme. L’Avent, l’austère Avent, le doux Avent, nous libère de celle-ci comme de celle-là. L’on nous fabrique de la dinde et du sapin notre seul horizon désirable, notre horizon obligatoire, on nous les promet, malgré tout, tant l’impatience est grande, tant elle gronde parfois. Et voilà, par-dessus le marché, si j’ose dire, qu’une certaine revendication tapageuse du culte, contemporaine de celle des commerces, est venue – encore une fois – dangereusement, pitoyablement, ridiculement, aligner la fréquentation du Mystère de la foi sur celle d’un commerce, aligner le supermarché du religieux sur les autres supermarchés. Tout cela signale une grande confusion des esprits ad intra  et donne à ceux du dehors une bien piètre image de la catholicité. Il y a là un grand sujet de tristesse. Un simple consentement à la législation en vigueur, insoupçonnable de malveillance, serait tellement plus édifiant et porteur d’évangile… La manifestation (la « manif ») ne peut être un mode de présence de la catholicité – du chrétien, tout simplement – au cœur de la société, parce qu’elle ravale au niveau de la mondanité tout ce qu’elle revendique. Elle l’est déjà depuis trop longtemps. 

Décidément, les ressources de notre vie spirituelle ne sont pas des biens de consommation parmi d’autres, comme les autres. Tâchons de faire chemin pour nous établir au-delà des certitudes fabriquées et des consolations immédiates. Au-delà du religieux, du « sacré » tout-puissant et intolérant, pour entreprendre, pour affronter le véritable questionnement du sens de notre être-au-monde. Le « Dieu » jaillissant, ruisselant, qui transpire de l’Évangile n’exige aucun culte (voir Jn 4, 21-24), de sorte que nous ne pouvons rien exiger en son nom (même en pleine période de persécution, les Pères Apologistes des premiers siècles ne le faisaient pas). La Révélation de « Dieu », le Mystère ne se met pas en boîtes. Aucun énoncé catéchétique, aucun exercice de piété, aucune cérémonie, si décorée et animée soit-elle, ne nous dispenseront jamais d’aller chercher profond en nous, profond dans la vie ordinaire, jusqu’à ces régions où la Source commence de sourdre. La Source n’est pas la vraie, s’il ne s’y mêle un peu de nos larmes et de nos soifs. Si jamais notre Noël venait à être dépourvu du décor officiel auquel on le réduit, du standing existentiel auquel on le contraint, auquel on nous réduit nous-mêmes, ce ne serait pas une catastrophe, mais plutôt une bénédiction. Davantage, si jamais les circonstances sanitaires exigeaient à nouveau qu’il fût sans cérémonie religieuse, cela ne serait ni dramatique, ni injuste, ni intolérable, pourvu que, cette Nuit-là, nous descendions tout au fond de nous-mêmes, en notre centre, là où la Parole vive prend chair, et que nous partagions entre frères humains, la joie de cet Événement. 

(...) Vivons cet Avent, non comme l’attente impatiente et gourmande des « fêtes de fin d’année », mais en recevant le Mystère par toutes les portes du ciel, par tous les pores du monde et de la vie, par tous les mots de la Parole à travers lesquels il se donne obscurément à nous, même si certaines médiations sacramentelles, cérémonielles et communautaires sont pour quelque temps encore plus difficilement accessibles. Vivons-le, non comme la simple réédition infantile de la venue d’un petit Jésus, mais en épiant le Dieu caché, le Dieu inconnu qui pousse en nous, petit à petit, à travers tant de graviers et de ronces, et qui attend que nous épousions le dynamisme de son incarnation. Ce « Dieu » que nul ne peut nommer, ni posséder, ni revendiquer, ni imposer aux autres. Ce « Dieu » qui fait peur à certains, et auquel tant d’hommes et de femmes sont devenus indifférents ou hostiles, parce que nous l’avons rétréci, parce que nous l’avons défini, parce que nous l’avons confisqué, parce que nous l’avons compromis avec des réalités temporelles parfois très contestables et caduques. 
« En ce jour-là, les montagnes ruisselleront de douceur… » Il ne s’agit pas là d’un beau rêve sans cesse ajourné, ni d’un événement miraculeux, idéal, imaginaire, dont l’échéance reculerait sans cesse. Cette douceur nous attend comme ses artisans. Elle nous met à l’œuvre. L’Avent n’est ni le simulacre ni le mime d’une attente : il est de notre responsabilité au cœur de ce monde. Il est pure grâce, mais il est aussi entre nos mains. Comme il advient en nous, et à proportion de ce qu’il advient en nous, le Royaume advient par nous, et ne peut advenir désormais que par nous, tant est considérable la responsabilité que Jésus Christ, le Nouveau-Né, nous a laissée face au monde et au cœur du monde. Et l’exercice de cette responsabilité est la manière éminente de faire eucharistie. Les premières générations chrétiennes attendaient un retour imminent du Christ : face au démenti que l’histoire apportait à cette hâte, Paul, qui l’avait d’abord partagée (1 Th 4, 14-18), recommandera plus tard à ses communautés une longue patience (2 Th 2, 1-3). Peut-être aurions-nous besoin que l’on nous remette à l’heure, à notre tour, non pour nous désigner un avenir lointain, mais une urgence intérieure. Comme l’horizon, si impalpable qu’il paraisse, n’est fait que des reliefs solides de la terre, l’Avenir n’est fait que des œuvres responsables que l’on pose dans le présent. 

Frère François, 27 novembre 2020
Photos de F C-T.

Les personnes qui veulent recevoir l'intégralité de cette lettre ainsi que les suivantes peuvent m'adresser un message à jean.lavoue@wanadoo.fr






















.



samedi 28 novembre 2020

 


Merci, cher Rene Myard, pour cette magnifique calligraphie du poème partagé hier !


Se laisser dépouiller
Jusqu'à l'ivresse d'une naissance

Laisser en nous le silence
Engendrer un printemps


























.



vendredi 27 novembre 2020

 .







Se laisser dépouiller
Jusqu'à l'ivresse d'une naissance 

Confier l'or de nos vies
Aux courants incertains 

Croire encore aux racines 
Au feu qui les nourrit 

Laisser en nous le silence
Engendrer un printemps 

Jean Lavoué, 26 novembre 2020
Photo Le Blavet, 26/11/20






















.

jeudi 26 novembre 2020

 .




Quelle belle surprise de découvrir ce matin cette vidéo de Bruno Lalonde évoquant l'hommage à Jean Sulivan auquel il a participé cet été. Sa voix et son accent chaleureux du Québec nous entraîne dans cette découverte passionnée que fut pour lui l'œuvre de Sulivan, découverte qu'il partage avec beaucoup d'autres auteurs de ce livre...









Livre "avec Jean Sulivan, dans l'espérance d'une parole" à commander dans toutes les librairies ou encore disponible aux éditions L'enfance des arbres, 3 place vieille ville, 56 700 Hennebont, au prix de 20 euros + 3,50 euros de frais de port.













.

dimanche 22 novembre 2020

 






Face au brouhaha des images
À l'ennuagement des esprits 
Au tapage des sons
Quoi de plus essentiel 
Que de faire entendre un ciel d'enfance
Une blessure muette
Des branches de silence
Des rires éclatants et des voix familières
Une cour de ferme aux fleurs d'éternité
Des champs offerts aux rumeurs de la mer
Des haies de saules aux feuillages argentés
Des nuits confiées aux vents frais aux étoiles
Un printemps de coquelicots 
Des matins dépliés en nappes de soleil
Des chansons qui sortent des poitrines
Une parole poudreuse de la poussières des chemins 
Des sourires qui sauvent des gestes fraternels
Une table pour le partage  
Des oiseaux accordés à la joie ? 

Jean Lavoué, 21 novembre 2020















.

mardi 17 novembre 2020

 .







Halage au lent manteau de brumes endormies
Aux matins de roseaux et d'herbes aux cheveux d'or
Tu remontes le temps vers les amis enfouis
Dans les méandres de la mémoire 

J'entends encore leur souffle enfanté pour le chant 
La danse des abers couronne leurs chemins 
Tes rives ont la couleur des fêtes de villages
Dont leur voix souveraine était l'âme autrefois 

À l'entrée de l'hiver
Tu caresses les ombres des arbres engloutis
Dans les marées du ciel 
Les ronces les fougères rouissent tes eaux vives 

L'estuaire à nos portes
L'impatience se défeuille
Et nous allons confiants vers des îles nomades 
Bretagne des rivières et Bretagne des sources 
Compagne fraternelle des marins en partance 
Tu délivres à nos pas
Un passeport pour la joie. 

Jean Lavoué, 16 novembre 2020
Pensées émues pour mon ami Yann-Fañch Kemener en écrivant ce poème.
Photo JL 16/11/20
























.

dimanche 15 novembre 2020

 .




L’ENFANCE DES ARBRES – OUEST-FRANCE DU 12 NOVEMBRE 2020

 

Propos recueillis par Isabelle Le Poder

 

Quand et pourquoi, Jean Lavoué, avez-vous-créé votre maison d'édition ?

 

J’ai créé L’enfance des arbres en février 2017. Suite à un blog de partage poétique du même nom qui existait depuis 10 ans. Des lecteurs me demandaient comment retrouver ces textes. Bien que publié par d’autres maisons d’édition, je me suis dit que le plus simple, pour de la poésie, serait de les éditer moi-même tout en publiant aussi d’autres auteurs. 

 

Combien de livres avez-vous actuellement en catalogue ?

 

J’ai publié 25 ouvrages en 4 ans. Très peu sont épuisés. Une douzaine d’auteurs différents et autant d’artistes illustrateurs.

 

Tous les écrivains sont-ils bienvenus chez vous ? (Genres, 1er livre...)

 

L’orientation, sans être exclusive, s’est faite très tôt autour de la poésie, illustrée par différentes formes d’expression artistique : peinture, gravure, dessin, aquarelle, pastel, photographie, calligraphie… Le choix est aussi de privilégier une dimension d’intériorité, d’où la parution d’ouvrages dans lesquels une certaine sensibilité spirituelle est présente. Des essais littéraires sur René Guy Cadou, Jean Sulivan, Etty Hillesum ou encore bientôt Xavier Grall s’inscrivent aussi dans cette ligne.

 

Quels auteurs, par exemple, avez-vous publiés ?

 

Beaucoup d’auteurs bretons. Je pense en particulier au moine poète de l’abbaye de Landévennec, Gilles Baudry, ou encore aux poètes, Jean-Pierre Boulic et Christine Guenanten. Quelques-uns publient pour la première fois. Parmi les artistes, outre la pastelliste Nathalie Fréour de Nantes, plusieurs auteurs d’aquarelles ou de gravures morhihannais : Bernard Schmitt, Marie-Hélène Lorcy ou encore Marie-Françoise de Salins d’Hennebont qui a illustré plusieurs ouvrages.

 

Quels sont les atouts d'une petite maison d'édition pour les auteurs ?

 

Je dirai que c’est d’abord la chance d’être publié, là où le chemin est semé d’embûches pour accéder aux maisons d’édition nationales. Le revers de la médaille, c’est souvent le peu de visibilité, surtout s’ils n’ont jamais été publiés auparavant : la diffusion doit donc reposer aussi sur la mobilisation de leurs propres réseaux.

 

Y a-t-il une fragilité économique d'une telle entreprise ?

 

Oui, forcément mais comme il ne s’agit pas pour moi de dégager des bénéfices mais d’équilibrer les résultats, ce qui est le cas depuis quatre ans, les conséquences sont limitées. L’enjeu est d’abord celui de la création, tout en offrant un espace de publication à des auteurs. Avoir le souci économique d’une entreprise avec des salariés serait une toute autre gageure.

 

Nous vivons actuellement une période difficile pour le livre. Qu'en pensez-vous en tant qu'éditeur ?

 

Je dirais que je pense d’abord aux libraires. Car l’épreuve économique les touche, eux, de plein fouet. Pour les éditeurs aussi, tout s’arrête brutalement. Avec les librairies fermées, en effet, plus de commandes ! Certains éditeurs, tout comme certains libraires, peuvent réellement avoir du mal à se relever quand les charges sont trop lourdes.

 

Et en tant qu'écrivain et poète, comment vivez-vous cette période troublée à la fois par la crise sanitaire mais aussi par la vague terroriste ? Est-ce que ça vous inspire ou au contraire ?

 

Depuis un peu plus de 6 ans les textes poétiques que je partage sur FaceBook ou sur mon blog www.enfancedesarbres.com sont fréquemment inspirés par l’actualité, ce qui a encore été le cas à l’occasion des récents attentats. A côté des multiples sources d’information nécessaires, une certaine résistance par l’art ou la poésie me semble aussi un enjeu vital.

 

Comment commander les livres ?

 

L’ensemble des livres est disponible à la librairie « Quand les livres s’ouvrent » de Lorient qui dispose d’un site : https://www.quandleslivressouvrent.com/

On peut aussi commander les livres directement sur le site de L’enfance des arbres : https://www.editionslenfancedesarbres.com/

 












.

 

jeudi 12 novembre 2020

 .





Dans la nuit rivale du monde
Où tout devient confus,
Quand verrons-nous des gestes de lumière 
Annonciateurs d'un matin ? 

On ne discerne plus rien ;
La parole trompeuse a tout envahi ;
Même les pauvres sont perdus ;
Où s'ouvrira la brèche d'un passage ? 

Seule demeure la rumeur de la terre
Qui a soif et qui souffre :
Notre part commune oubliée, 
Notre enfance mutilée,
Comment les retrouver ? 

C'est l'oreille penchée sur la pâleur de l'herbe
Que nous devons sentir les crevasses de nos divisions
Et qu'il nous faut écouter où bat le cœur de la planète. 

Que la maison où nous souffrons, 
Tous saisis du même mal,
Soit désormais notre clef de justice,
La porte de notre clairvoyance,
La table de nos tranchantes décisions ! 

Jean Lavoué, 11 novembre 2020











.

dimanche 8 novembre 2020

 .





La parole résiste
Tel un soc de charrue
Dans les mottes du silence 

Petite fiancée du ciel
Elle couronne d'azur
Nos heures les plus sombres 

Elle prolonge l'amour
En publiant le ban
D'un vol nu de colombes 

Elle épouse le brin d'herbe
La transparente libellule
Le chant d'oiseau le plus ténu 

Elle est partout chez elle
Elle sourit au passant
Et s'en va souveraine 

L'arbre en disperse l'or
De ses branches agiles
Pour des moissons futures 

Elle est petite fille du trèfle
Amante des fougères
Compagne ailée des mouettes 

Elle est libre comme le vent
Insaisissable et vive 
Sans point final et sans façons 

Jean Lavoué, 7 novembre 2020













.

jeudi 5 novembre 2020

 .





Que valent ces nuées de mots Brassées d'ailes mortes qui nous encerclent 
Que peuvent ces images qui nous mentent
Devant l'humble beauté
D'un matin triomphant ? 

Comment se défaire de la triste parole
Sinon plonger ses mains
Au lavoir du silence ?
L'herbe ne fait pas de bruit
Pourtant continûment elle pousse 

Nous sommes les enfants de nos jouets cassés
Ignorant tout de la profusion de la vie
Devant la pluie de feuilles
Où l'arbre se dépouille
Comment penser à soi  ? 

Le monde nous est confié
Et nous le recouvrons
De nos éclats de voix ! 

Le point de gravité de l'homme
C'est sa tendresse blessée
C'est le chant de la terre
Le cri douloureux de pauvres 

Comment le retrouver ? 

Jean Lavoué, 4 novembre 2020
Photos, JL 4/04/20





















.


[URL=http://www.compteur.fr][IMG]https://www.compteur.fr/6s/1/6057.gif[/IMG][/URL]