Traduire

mardi 25 mars 2008

Tu avais rejoins soudain
Les contreforts du temps,

Là où ta vie s’équilibrait
D’un pas de danse
Sans contrepoids.

Tu allais l’amble
Au rythme de la musique
Et d’une exacte sollicitude,

Tu ouvrais
Les portes fermées,

Sans clefs,
Tu laissais l’amour
Tout pénétrer.
[URL=http://www.compteur.fr][IMG]https://www.compteur.fr/6s/1/6057.gif[/IMG][/URL]