Traduire

mercredi 2 avril 2008

C’est juste aux pieds de Celui
Dont tu avais célébré les silences
Que le Poème t’avait conduit,

Et tu ne savais pas
Que son âme tremblait,

Qu’il n’avait d’autre signe
Que cette joie entre vous,

Cet espace vertical
Entre le ciel et vous.

Nulle échelle dressée
Sur les contreforts du vent
Pour vous prendre avec lui,

Mais ce chant,
Cette élévation,

Cette cordée lumineuse,
Cet embrasement si doux,

Cet accord vers les cimes.
[URL=http://www.compteur.fr][IMG]https://www.compteur.fr/6s/1/6057.gif[/IMG][/URL]