Traduire

lundi 7 avril 2008

Des années d’oraison
N’avaient pas touché en toi
Cette brûlure,

Cette fêlure
Par quoi la vie s’ouvrait,

Il lui a suffi d’un geste,
D’être là,
De poser sa voix
Entre les lignes de ta voix,

Pour que le jour
S’entrouvre,

Soudain
Nouveau-né,

Détaché
De tout,

Enfin
Délivré.

1 commentaire:

alerts a dit…

It seems my language skills need to be strengthened, because I totally can not read your information, but I think this is a good BLOG
jordan shoes

[URL=http://www.compteur.fr][IMG]https://www.compteur.fr/6s/1/6057.gif[/IMG][/URL]