Traduire

mercredi 9 avril 2008

Emmaüs,
Terre de toutes nos enfances,

Se peut-il
Que nous t’ayons perdu ?

Une fois encore,
Ne pourrions-nous pas
Le reconnaître

Tandis que nos mains brûlent
A s’approcher,
A Le toucher ?

Mais nous préférons saisir
Ce que le cœur ignore,

Et nous restons sans voix,
Passagers clandestins !
[URL=http://www.compteur.fr][IMG]https://www.compteur.fr/6s/1/6057.gif[/IMG][/URL]