Traduire

mardi 13 mai 2008

Elle était dans ta vie
Comme un sacrement,

Une offrande intouchable.

Tu avais choisi de te laisser faire
Par ce signe immuable.

Pas plus que le vent,
Tu ne saurais dompter son errance.

Tu communiais
A la parcelle infime
Chaque jour qu’elle te laissait,

Et c’était comme un pain bienfaisant,
Une nourriture sacrée
Qui ressoudait tes os,

Proclamait en ton âme
Des siècles de jachères,

Envisageait très loin
De vastes moissons hauturières.
[URL=http://www.compteur.fr][IMG]https://www.compteur.fr/6s/1/6057.gif[/IMG][/URL]