Traduire

vendredi 23 mai 2008

Et ce qui tombe ainsi
Lorsque nous disparaissons !

Comme ces pétales de camélia
Sur la pierre nue,

En cette petite église
Enclose dans la roche,
Qu’on aura juste ouverte
Pour fleurir de loin
Une messe incertaine :

Il faudra bien qu’une main
Les ramasse,
Qu’une femme se penche
Pour effacer doucement leur couleur ;

Tandis qu’elle les emporte peut-être,
En secret,
Comme une promesse sur son cœur.
[URL=http://www.compteur.fr][IMG]https://www.compteur.fr/6s/1/6057.gif[/IMG][/URL]