Traduire

mardi 2 septembre 2008









Comment, si tu n’apprivoisais
Le pauvre en toi,
Le mendiant qui te supplie d’entrer,
Franchirais-tu la porte ?

Lui, nul ne l’a jamais vu
Mais cette part en toi
En manque d’infini,
Sensible au moindre souffle,
Ouverte sur l’inconnu,

Ne porte-t-elle pas le sceau
De l’homme, ton frère,
L’empreinte de sa voix,

Ne te conduit-elle pas
Par-delà le seuil
Dans l'éclat de Son visage ?





.
[URL=http://www.compteur.fr][IMG]https://www.compteur.fr/6s/1/6057.gif[/IMG][/URL]