Traduire

mercredi 26 novembre 2008









Un jour peut-être
Tu chercherais des mots,
Oublieux de la ferveur du simple,

Tu ne te laisserais plus écrire
Tu t’appliquerais à composer,

Tu n’écouterais plus le vent,
Son chant secret
Dans les ramures de l’âme,

Tu laisserais ruisseler sans joie
Les averses du silence,

Tu te fermerais comme un fruit
Dans l’attente de son jour,

Gagné malgré tout
Par l’éblouissement sans fond
Des racines !





.

1 commentaire:

intelligence a dit…

It seems different countries, different cultures, we really can decide things in the same understanding of the difference!
nike shoes

[URL=http://www.compteur.fr][IMG]https://www.compteur.fr/6s/1/6057.gif[/IMG][/URL]