Traduire

jeudi 4 septembre 2008









O ce chant silencieux,
Ces branches déployées,
A qui l’adressais-tu,
Quelle voix te répondait ?

C’était prière nue
Pleine d’écorce et de racines,
De trouées vers le ciel,
Même les nœuds chantaient !

Tu étais là présent
Sans but, sans impatience,
Sans désir de bouger,

Seul le vent calmement
Te montrait le chemin,
Ne sachant pas lui-même
La force qui l’emportait.





.

1 commentaire:

intelligence a dit…

Although from different places, but this perception is consistent, which is relatively rare point!
nike dunk

[URL=http://www.compteur.fr][IMG]https://www.compteur.fr/6s/1/6057.gif[/IMG][/URL]