Traduire

mardi 11 novembre 2008









Te souviens-tu du poète
Qui ne s’attendait à poser
Que quelques pas sur cette terre,

A ne jamais franchir
La barrière de l’octroi,
Ni à dépasser l’allée sage du calvaire ?

Est-ce lui qui t’a mis ainsi
Des souvenirs d’enfance plein la tête ?

Te serais-tu laissé gagner
Par le feu qui couvait
Sous son pupitre d’écolier,

Et par ses mains
Qui sentaient bon le thym
Et la colle de menuisier ?

S’il est des anges sur la terre,
Tu sais que tu peux compter sur lui,
Et sur ses beaux jets de pierre
Dans les vitraux écarquillés :

Le monde est bien plus pur
Quand il ne se laisse pas regarder
A l’envers.





.
[URL=http://www.compteur.fr][IMG]https://www.compteur.fr/6s/1/6057.gif[/IMG][/URL]