Traduire

dimanche 14 décembre 2008





Le chêne vibra,
La nature devint profonde,
Si profonde
Qu’elle nous dévoila sa présence.

Le silence et l’existence
Se mirent à danser.

Anne Fraisse
La Fontaine de feu





Tu portes haut
La cicatrice des mots.

Tu sais
La blessure ancienne.

C’est ta phrase qui boîte :
C’est pourquoi tu marches
Avec le poème.

Aucun accord ne saurait taire
La dissonance !

Il te faut bien consentir à l’absence
Dont le centre est un soleil.





.

1 commentaire:

intelligence a dit…

It seems different countries, different cultures, we really can decide things in the same understanding of the difference!
nike shoes

[URL=http://www.compteur.fr][IMG]https://www.compteur.fr/6s/1/6057.gif[/IMG][/URL]