Traduire

lundi 18 juin 2018

.























Quand nous affréterons la table du silence
Où nos vies partagées seront ce pain donné,
Nous n’aurons que le vent pour compagnon d’enfance
Et qu’un mât aux étoiles pour couronner nos nuits.

Nous serons sans recours délivrés de nous-mêmes,
Adonnés aux courants ainsi qu’un grand vaisseau,
Mendiants de ces blessures qui nous épouvantaient,
De ce baume divin de la miséricorde,
Glanant entre nos mains les miettes du festin.

Nous ne serons alors qu’un navire en partance
Et nous communierons à l’Orient des fleuves
En laissant se couvrir nos traces et nos sillages
D’une nappe d’écume baptisant nos matins.



Jean Lavoué, le 23 mai 2018





































.

Aucun commentaire:

[URL=http://www.compteur.fr][IMG]https://www.compteur.fr/6s/1/6057.gif[/IMG][/URL]