Traduire

dimanche 7 octobre 2018

.






















Ces mots qui te sauvent,
Comme notes perchées
Sur la portée aux hirondelles,
Tu n’en as pas encore esquissé
La moindre lettre
Que déjà ils s’envolent,
Sûrs de ce pays qu’ils vont rejoindre,
Sans escale ni boussole
Aimantés seulement par ce souffle indicible
Dont leur âme a le secret.  

Jean Lavoué, 6 octobre 2018
Photo MabelAmber











































.

2 commentaires:

Claudine Jourdan a dit…

Cher Jean, tu as encore beaucoup de mots qui nous sauvent a nous délivrer. Je viens de traverser ce Blavet qui t'insps'i tant sur la route du retour du Finistère .Tu ne sais pas encore ce qui te sera donné,mais j'ai toute confiance dans ce souffle dont on ne sait ni d'où il vient,ni ou il va et que l'on reconnaît lordq'lor vient toucher notre âme comme le fait ce poème. Claudine.

Claudine Jourdan a dit…

Cher Jean, tu as encore beaucoup de mots qui nous sauvent a nous délivrer. Je viens de traverser ce Blavet qui s'inspire tant sur la route du retour du Finistère .Tu ne sais pas encore ce qui te sera donné,mais j'ai toute confiance dans ce souffle dont on ne sait ni d'où il vient,ni ou il va et que l'on reconnaît lorsqu'il vient toucher notre âme comme le fait ce poème. Claudine.

[URL=http://www.compteur.fr][IMG]https://www.compteur.fr/6s/1/6057.gif[/IMG][/URL]